Recherche

Nous suivre

Si vous avez des déclarations, des plaintes, des suggestions ou de simples commentaires sur l’action du FIE, cet espace est le vôtre. Identifiez-vous et faites nous part de vos sentiments. Toute interpellation sera traitée avec le plus grand intérêt.

 

 

 

  • DECRET N° 2015 – 838/PRES-TRANS/PM/MEF/MERH portant création, missions, organisation et fonctionnement du Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE)

 

  • DECRET N° 2015 – 901/PRES-TRANS/PM/MEF/MERH/ portant approbation des Statuts particuliers du Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE)

 

Direction Générale : Ouagadougou

11 BP 623 Ouagadougou CMS 11

Tél. : (+226) 25 43 27 02 (Siège Cissin)

(+226) 25 33 30 32 (Annexe Kwamé N’Krumah)

 

Direction Régionale de l’Ouest

01 BP 2010 Bobo-Dioulasso 01

Tél. : (+226) 20 98 04 98

 

Direction Régionale du Nord

BP 378 Ouahigouya

Tél. : (+226) 24 55 37 57

 

Direction Régionale du Centre-Ouest

BP 333 Koudougou

Tél. : (+226) 25 44 45 00

 

 Pour vos déclarations, plaintes, suggestions ou simples commentaires sur l’action du FIE, cliquez ici.

Conformément à la réglementation des Fonds d’Etat, le FIE dispose d’un Auditeur interne rattaché au Conseil d’Administration à qui il rend compte de la qualité de la gestion de la Direction Générale.

L’auditeur interne est chargé d’effectuer :

  • des missions d’audits de conformité ;
  • ou des missions d’audits opérationnels sur les procédures ; d’opérations techniques du FIE ;
  • ou enfin des missions d’audits sur la bonne application des procédures financières et de contrôle.

 

Le FIE est aussi soumis à une obligation de vérification de ses états financiers par un commissaire aux comptes externe qui remet ses rapports au CA.

Le commissaire aux comptes actuel est :

Cabinet FIDUCIAL EXPERTISE AK

01 BP 4134 Ouagadougou 01

Tél. : 25 30 85 07 / 25 33 12 04

Fax : 25 31 78 94

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Suede  Royaume de Suède
Il a accompagné la mise en place du FIE et a financé les appels 1, 2 et 3 du fonds à travers le Programme d’Appui au Secteur Forestier (PASF)

 

 

2000px Arms of Luxembourg  Grand-Duché du Luxembourgeoise
Elle a accompagné la mise en place du FIE et a financé les appels 1, 2 et 3 du fonds à travers le Programme d’Appui au Secteur Forestier (PASF).

 

 

bad1  Banque Africaine de Développement (BAD)
Elle collabore avec le FIE dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui au développement de la filière de l’anacarde dans le bassin de la Comoé pour la REDD+ (PADA/REDD+)

 

 

logo bm  Banque mondiale (BM)
Le FIE et la BM sont partenaires dans le cadre de la mise en œuvre des Projets de Développement Intégré Communaux pour la REDD+ (PDIC/REDD+).

 

PRE-FIE

Une étude menée en 2017 sur les acquis du pré-FIE permettent d’affirmer que :

  • 31 537 personnes ont bénéficié d’actions de sensibilisation.
  • 15 586 personnes ont été formées.
  • 143889 ha de forêt classée et créé 178,54 ha de forêt ont été consolidés par les activités d’aménagement forestier.
  • 11 169 ha de terres ont été récupérés.
  • 4411 pieds de Régénération Naturelle Assistée (RNA) ont été réalisés.
  • 489 fosses fumières ont été construites.
  • 752 foyers améliorés ont été confectionnés.
  • 377 390 plants ont été mis en terre et entretenus.
  • 37 unités de transformation des Produits Forestiers Non Ligneux ont été construites.
  • 2052 personnes ont été employées dont 1869 femmes.

 

APPEL 1

68 projets financés dans 02 régions (Hauts-Bassins et Centre-Ouest) à hauteur de 800 000 000 F. CFA.

  • 34 projets dans la région des Haut-Bassins
  • 34 projets dans la région du Centre-Ouest

 

APPEL 2

105 projets financés dans 03 régions (Hauts-Bassins, Centre-Ouest et Nord) à hauteur de 1 200 000 000 F. CFA.

  • projets dans la région des Hauts-Bassins
  • projets dans la région du Centre-Ouest
  • projets dans la région du Nord

 

APPEL 3

197 projets financés dans 06 régions (Hauts-Bassins, Boucle du Mouhoun, Cascades, Sud-Ouest, Centre-Ouest et Nord) à hauteur de 2 000 000 000 000 F. CFA.

Les tableaux suivants renseignent sur les financements accordés aux projets par sous-guichet et par région.

 

Région Fie en chiffre 1

Région Fie en chiffre 2

 

INDEMNISATION DE DEGATS

  • 2016 : 77 procès-verbaux de dégâts causés par les animaux sauvages examinés et indemnisés à hauteur de 11 083 103 F. CFA.
  • 2017 : 167 procès-verbaux de dégâts causés par les animaux sauvages examinés et indemnisés à hauteur de 25 854 181 F. CFA.
  • 2018 : 137 procès-verbaux de dégâts causés par les animaux sauvages examinés et validées pour un montant de 29 009 342 F. CFA.

 

PDIC/REDD+

32 communes de 05 régions financées par l’intermédiaire du FIE pour la mise en œuvre de Projets de Développement Intégré Communaux (PDIC/REDD+) à hauteur de 4 480 000 000 F. CFA.

 

HISTORIQUE

Le Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE) a été institué dans le premier Code de l’Environnement en 1994. Il a été reconduit dans les deux révisions suivantes de ce code. En 2013, le Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique (MEEVCC) a mis en œuvre un processus participatif et concerté de réflexion, avec l’appui technique et financier du programme PASF financé par les coopérations luxembourgeoise et suédoise. Ce processus a impliqué tous les acteurs du secteur Environnement (services publics, secteur privé, partenaires au développement, ONG et associations, collectivités territoriales, etc.). Il a abouti à des projets de textes courant 2014, proposant un statut d’Etablissement Public de l’Etat, dans la catégorie des Fonds d’Etat, pour le FIE. Les deux décrets opérationnalisant le FIE ont ensuite été adoptés en juillet 2015 par le Gouvernement, ouvrant la voie à la mise en place concrète du fonds.

Parallèlement, le MEEVCC a mis en œuvre une phase pilote dite « pré-FIE » dans la Région des Hauts Bassins et du Centre Ouest, puis du Nord. Elle s’est traduite par deux appels à projets en 2013 puis 2014, afin de tirer les enseignements nécessaires à la mise en place efficiente du FIE.

 

 

MISSIONS

Créé par Décret n° 2015 – 838/PRES-TRANS/PM/MEF/MERH du 13 juillet 2015, le Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE) est un instrument financier conçu pour être un levier de financement national et international.

Le FIE a un statut d’Etablissement Public de l’Etat (EPE) classé dans la catégorie des Fonds d’Etat. Il est placé sous la tutelle technique du Ministère en charge de l’environnement et la tutelle financière du Ministère en charge des finances.

 

Le FIE a pour mission principale de contribuer à l’atteinte des objectifs environnementaux du Burkina Faso et notamment :

  • la réduction des tendances actuelles de dégradation de l’environnement et donc des pertes économiques liées ;
  • la lutte contre les effets néfastes des changements climatiques ;
  • le développement économique du pays en créant des richesses et des revenus dans les filières de l’environnement et des ressources naturelles ;
  • la réduction de la pauvreté par un mode d’intervention approprié auprès des bénéficiaires directs et indirects des actions environnementales financées par le Fonds.

A ce titre, le FIE est chargé essentiellement de :

  • mobiliser et gérer des financements nationaux et internationaux en faveur de l’Environnement au Burkina Faso;
  • allouer des financements (subventions) ou des incitations financières (bonification de taux, garanties d’emprunts) aux différents groupes d’acteurs nationaux selon leurs compétences en matière de gestion et protection de l’environnement;
  • suivre et rendre compte de l’utilisation des fonds reçus et des appuis financiers alloués.

 

 

OBJECTIFS

Les objectifs du FIE intègrent les trois (03) dimensions du développement durable. Ces objectifs se déclinent ainsi :

  • Contribuer à l’atteinte des objectifs environnementaux du Burkina Faso pour soutenir une croissance forte et durable du pays et réduire la pauvreté à moyen et long terme.
  • Promouvoir le développement économique du pays en créant des richesses et des revenus dans les filières de l’environnement et des ressources naturelles (appuyer le développement d’une économie verte, de filières porteuses ou la création d’emplois verts).
  • Lutter contre la pauvreté grâce à un mode d’intervention prenant en compte les populations les plus pauvres et les catégories vulnérables, souvent celles les plus exposées à la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles (favoriser l’accès des groupes vulnérables –femmes et jeunes- au financement).