Recherche

Nous suivre

Pin It

635A6651Le Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE) a organisé, le vendredi 24 juillet 2020 à Banfora, une session du Comité d’Approbation des Microprojets (CAM) sélectionnés dans le cadre de la mise en œuvre du PADA/REDD+. Il s’agit du Projet d’Appui au Développement de l’Anacarde dans le bassin de la Comoé pour la Réduction des Emissions des gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (PADA/REDD+). Il a été lancé en octobre 2017 et le FIE est un acteur majeur de mise en œuvre.

L’objectif de ce projet financé par la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Gouvernement burkinabè dans les régions des Hauts-Bassins, des Cascades et du Sud-Ouest est de contribuer à la réduction de la pauvreté en milieu rural et à l’augmentation de la capacité de séquestration de carbone.

Pour atteindre cet objectif, le PADA/REDD+ s’est fixé trois défis spécifiques : améliorer la productivité et la production biologique d’anacardes par la plantation des arbres à haut rendement et la promotion des bonnes pratiques d’entretien ; augmenter les revenus tirés des plantations agricoles par la transformation et la certification des produits biologiques et enfin créer des emplois verts pour les femmes et les jeunes par la mise en place des unités de transformation et de services.

Depuis le 07 mai 2018, date du lancement officiel de ses appels à projets, la machine du PADA/REDD+ dont l’unité de coordination est basée à Bobo-Dioulasso est en marche. L’initiative se présente comme un projet d’investissement qui intervient à travers deux mécanismes financiers. D’abord, un fonds d’appui sous forme de subventions qui sert à aider les producteurs pour les nouvelles plantations d’anacardes en agroforesterie. Par ailleurs, une ligne de crédit est ouverte à moyen terme sous forme de prêts d’investissements (crédit moyen terme) pour des projets d’équipements et d’entretien et à court terme sous la forme de fonds de roulement (crédit campagne) pour des projets saisonniers.

Les opérations du PADA/REDD+ sont régies par un manuel de procédures de financement qui prévoit deux types d’instances pour connaitre de la qualité des 635A6597microprojets soumis par les promoteurs : un comité régional d’évaluation des microprojets (CREM) dans chaque région concernée et un comité d’approbation des microprojets (CAM).

C’est cette dernière instance qui regroupe les acteurs des trois régions d’intervention qui a tenu sa session de l’année 2020 à Banfora sous la présidence du Gouverneur de la Région des Cascades, représenté à l’occasion par le Secrétaire Général de Région, Mahamad MICHARA. Il avait à ses côtés le représentant de la tutelle ministérielle du projet, Hyppolite BASSOLE, Inspecteur Général des Services du Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique.

Le CAM a pour mission d’examiner et de valider les résultats des travaux des comités régionaux d’évaluation qui ont en charge l’analyse administrative, technique, environnementale et financière des microprojets. Ainsi du 15 au 21 mars à Gaoua, du 19 au 28 mai à Bobo-Dioulasso et du 08 au 12 juin à Banfora, ces CREM ont analysé six cent onze microprojets et ont jugé cinq cent quatre-vingt-dix-neuf (599) recevables selon les procédures de sélection.

En se réunissant dans la cité du paysan noir ce 24 juillet, les membres du comité d’approbation, parmi lesquels les représentants des différentes parties prenantes au projets, avaient donc à se prononcer précisément sur 383 microprojets des Hauts-Bassins, 67 des Cascades et 149 du Sud-Ouest.

635A6627A l’issue de plusieurs heures d’échanges sur le contenu des procès-verbaux des différents comités régionaux d’évaluation, le comité d’approbation, au regard de la qualité des microprojets sélectionnés et des enjeux actuels pour le PADA/REDD+, a décidé de donner sa caution pour le financement de l’ensemble des 599 microprojets[1]. Dans le souci d’améliorer les prochaines procédures de sélection, la session du CAM a formulé des recommandations à l’intention des acteurs de mise en œuvre.

Le déblocage à bonne date des fonds destinés à la sélection, l’élaboration de canevas de montage des microprojets et de fiches d’évaluation plus adaptés, la formation des animateurs sur le terrain, la tenue des sessions du CAM au plus tard le 28 février de chaque année sont autant de propositions.

Le FIE, pour ce qui le concerne compte continuer à jouer pleinement sa partition pour la réussite du projet. Cette assurance a été donnée par son Directeur Général, Jean Marie SOURWEMA qui a pris part aux travaux tout comme le Coordonnateur du PADA/REDD+, Yacouba Noel COULIBALY.

L’intervention du FIE dans la mise en œuvre du PADA/REDD+ est encadrée par une convention qui le lie à l’unité de coordination du projet. Au titre de cette convention, le FIE a pour rôle le lancement et la sélection des microprojets d’une part; le suivi et l’évaluation des microprojets d’autre part. S’agissant des opérations de financements, le FIE est chargé de faire l’analyse complète pour la ligne subvention. Pour la ligne de crédit (fond de roulement), l’unité de coordination du projet est chargée de transmettre les dossiers à la Faîtière des caisses populaires du Burkina (FCPB) pour instruction. Et quant à la ligne de crédit (investissement), le FIE fait une analyse technique et la FCPB a en charge l’analyse financière pour l’octroi de crédit.

 

Amadou Oury SANOU

 

Répartition des microprojets validés dans les sous-composantes

Sous-composantes

Hauts-Bassins

Cascades

Sud-Ouest

Nouvelle plantation

275

49

96

Investissement productif

Equipements agricoles, entretien de vergers

90

18

52

Equipements de transformation

03

01

Infrastructures

15

00

TOTAL

383

67

149

599

 

[1] Cf. Répartition des microprojets validés dans les sous-composantes

Pin It