Recherche

Nous suivre

Pin It

Suivi Derra 4Dans le cadre des activités de suivi des projets financés par le Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE) suite à son 3ème appel, des équipes ont sillonné, dans la deuxième quinzaine du mois de septembre, les différentes régions pour aller à la rencontre des promoteurs et visiter leurs réalisations. Ce suivi contrôle qui intervient après le suivi accompagnement, effectué principalement courant août par les directions régionales, a pour but d’assurer une meilleure gestion des projets subventionnés par le fonds. Ainsi l’équipe qui s’est rendue du 17 au 25 septembre 2020 dans la région FIE de l’Ouest a séjourné dans les Hauts-Bassins et les Cascades. Ce suivi a permis de mesurer davantage la situation d’exécution de neuf (09) projets.

De manière spécifique, il s’agissait pour la mission d’échanger avec les promoteurs sur l’état d’avancement des activités, de recenser les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre et de visiter les réalisations des projets de l’appel 3.

Au cours de ce périple qui a duré plusieurs jours, le cap a d’abord été mis sur la Direction provinciale de l’Environnement du Houet à Bobo-Dioulasso où siègeSuivi Derra 1 l’Union des Groupements des Grossistes Transporteurs de Bois et de Charbon de Bois du Houet qui exerce dans le domaine du reboisement. La structure associative a décroché un financement de 9 996 000 F. CFA pour l’exécution d’un projet intitulé « Projet de promotion de la filière bois-énergie par l’utilisation rationnelle de la ressource et le respect des normes environnementales ». Avec les deux premières tranches (40% et 30%) de cette subvention du FIE, l’union a mis en terre à ce jour 18 000 plants dans 3 forêts classées que sont Kua, Tounouma et Dindéresso. En plus de cette action de sauvegarde du couvert végétal, le projet a aussi favorisé le renforcement des capacités des membres de l’union par des sensibilisations et des formations. Cinquante (50) d’entre eux ont de ce fait été formés sur la règlementation environnementale encadrant le domaine d’exploitation et la commercialisation de la ressource bois-énergie et sur la méthode appropriée de carbonisation. Ces actions de sensibilisation seront accompagnées par des émissions radios diffusées dans plusieurs stations de la province pour sensibiliser les populations sur l’utilisation rationnelle de la ressource bois-énergie. Le projet attend la troisième tranche de la subvention pour boucler ses activités.

Toujours à Bobo-Dioulasso, après la direction provinciale de l’environnement du Houet, c’est à la direction régionale du FIE de l’Ouest (Elle représente le FIE dans trois régions administratives que sont les Hauts-Bassins, les Cascades et le Sud-Ouest) que l’équipe reçoit les représentants du Groupement de Gestion Forestière (GGF) de KUINIMA. 8 880 000 F. CFA, c’est le montant de la subvention dont bénéficie ce groupement pour mettre en œuvre le projet baptisé « Contribution à la reconstruction de l’intégrité territoriale de la forêt classée de Kuinima ». Dans l’optique d’améliorer le potentiel productif au plan quantitatif et qualitatif de sa zone d’intervention, le groupement a procédé à l’inventaire du peuplement forestier de la forêt classée (FC) de Kuinima. Avec la première tranche du financement, des travaux de tailles sanitaires des pieds de karité et de néré parasités ont aussi été effectués sur plus de 4 000 plants. Les membres du groupement se sont attelés par ailleurs à l’entretien de 10 ha par la réalisation d’actions de régénération naturelle assistée (RNA). La reconstitution de 40  ha de la superficie de la FC avec des espèces à croissances rapides est également à mettre à l’actif des initiatives d’entretien. Elles se sont matérialisées davantage par la plantation de 5000 arbres (2000 anacardiers, 1000 plants de baobab, 1000 plants de moringa et 1000 eucalyptus). Pour inscrire ses actions dans la durée, Le GGF de Kuinima mise aussi sur la sensibilisation. Ainsi, quatre villages et quatre secteurs riverains ont reçu des séances de formations sur  la surveillance, la sécurisation et  la  protection de la forêt classée.  Un comité de suivi a été mis en place par les membres pour superviser les réalisations. Les problèmes sanitaires dus au COVID-19 ont freiné les activités du projet qui doit prendre normalement fin en décembre 2020.

Suivi Derra 5Si tout se passe pour le mieux pour le GGF de Kuinima, on ne peut pas en dire de même pour le Groupement CISAN TONG de Tiéfora, étape suivante du déplacement de la mission. Sur place, la structure doit exécuter le projet « Renforcement des capacités des membres du groupe à la transformation et la commercialisation des produits du néré en soumbala dans les villages de Djandoro et de Kankounaba » qui a été sélectionné par le FIE pour être appuyé à hauteur de 7 768 000 F. CFA. Seule la formation des membres du groupement sur les techniques de production des sous-produits du soumbala et conditionnement a été effectuée depuis le début du projet. Toutes les autres activités sont toujours en instance. Tout sera mis en œuvre pour reprendre les activités au profit des membres, rassure la présidente du groupement, Korotoumou Sory.

Dans la même région des Cascades, constat différent à quelques encablures de Banfora où l’Union des Groupements de Gestion Forestière de la Forêt classée de Bounouna met en œuvre le « Projet d’appui à la poursuite des activités d’aménagement dans la forêt classée de Bounouna dans la province de la Comoé ». La subvention du FIE est de 9 990 000 F. CFA. Le GGF intervient dans la production des semences ; la plantation ainsi que la production et la transformation des produits tels que le beurre de karité, le miel, le sirop de liane, le soumbala, etc. Les deux premières tranches de la subvention ont permis de mener des actions de promotion de la gestion durable de la forêt classée, d’améliorer la régénération de la forêt et de former les membres des GGF en gestion des ressources naturelles.

A titre d’exemples, 5800 plants aideront à poursuivre la création de la ceinture verte, une pépinière de 11 000 plants tous mis en terre en zone dégradée, la réalisation de 650 feux précoces et l’ouverture de pistes forestières contribueront à améliorer la régénération de la forêt. En termes de renforcement des capacités, l’UGGF de Bounouna a formé 20 de ses membres en techniques de production et d’entretien de plants, 20 membres des GGF en techniques de patrouille villageoise, 36 femmes en techniques de production de beurre de karité et de production moderne du soumbala. L’Union attend la dernière tranche de la subvention pour clore son projet.

L’association Groupe pour le développement de la région des Cascades attend elle aussi attend sa troisième tranche (20%) de la subvention de 9 975 000 F.CFASuivi Derra 3 pour poursuivre les activités du « Projet d'appui à la création d'un bosquet d'espèces utilitaires dans le terroir villageois de Diarrabakoko dans la région des Cascades ». Ce sont, entre autres, l’information de la population sur les enjeux de la déforestation et la création d’une forêt villageoise. Ces activités ont été mises en œuvre à travers l’organisation de conférences débats sur les risques liés à la déforestation et au changement climatique et l’organisation d’un théâtre forum sur la place et les rôles des populations dans la gestion décentralisée des ressources forestières. Aussi, des séances de sensibilisation ont été menées par l’association sur les normes et  techniques de défriches agricoles. L’association Groupe pour le développement de la région des Cascades a également, à son actif, l’aménagement et l’exploitation d’un bosquet de 5 ha et la plantation de 510 arbres protégés par des grillages. Les activités restantes sont essentiellement un voyage d’études prévu dans la région du Nord et l’élaboration d’une charte pour mieux protéger la forêt.

Le même dynamisme est observé sur l’axe Bobo-Dédougou où un promoteur du nom de Groupement de Gestion Forestière de Ramatoulaye veut réhabiliter deux parcelles dégradées da la forêt classée de Maro et créer un verger d’espèces forestières à grandes valeurs socio-économiques. Le projet reçoit du FIE un soutien évalué à 9 034 315 F. CFA dont les deux premières tranches sont déjà débloquées. Il s’agit pour le groupement d’accroitre les capacités opérationnelles de ses membres dans la gestion et l’exploitation durable des ressources forestières. Ainsi, 33 membres ont été formés sur l’approche d’adaptation basée sur les écosystèmes et sur le code forestier. Une autre attente du projet est de restaurer les ressources forestières de deux parcelles de 25 ha dégradées de la forêt classée de Maro. Pour ce faire, 3756 pieds de mélina et 6 513 pieds d’eucalyptus ont été plantés. Enfin, le projet vise à créer et entretenir un verger d’espèces forestières (Vitellaria paradoxa, Parkia biglobosa).  A cet effet, 50 plants greffés de Vitellaria paradoxa et 50 plants greffés de Parkia biglobosa ont été mis en terre et protégés par des grilles.

Suivi Derra 6Toujours dans les encablures de Bobo-Dioulasso, c’est un projet de renouvellement de 64,3 ha de plantation dans la forêt classée de Dindéresso qui est en cours d’exécution depuis 2018. Le promoteur est le Groupement des Gestion Forestière de Ouolokoto qui doit recevoir du FIE la subvention de 10 000 000 F. CFA. Au moment du passage de l’équipe, 1998 arbres ont été abattus et remplacés avec des espèces diverses. 2400 pieds d’anacardiers produits en pépinière ont été mis en terre. Un comité de surveillance des plantations forestières a été mis en place.

Les réalisations d’une autre structure intervenant dans le village de Dindéresso ont intéressé l’équipe de suivi. Ce promoteur est le Groupe d’action des Femmes pour la Relance Economique du Houet (GAFREH). L’organisation féminine est bénéficiaire d’une subvention de 9 246 000 F. CFA dans le cadre de l’appel 3 du FIE pour son initiative dénommé « Projet des technologies réduisant la demande en bois-énergie et de préservation de l'environnement dans les villages et secteurs riverains des forêts classées du Kou et de Dindéresso ». Les financements reçus ont permis d’organiser une campagne d'information sur le projet et ses objectifs dans quatre villages et un secteur de la ville de Bobo-Dioulasso. Près de 400 femmes ont aussi bénéficié de séances de sensibilisations sur les technologies réduisant la consommation du bois de chauffe. En conséquence, ce sont 300 foyers 3 pierres améliorés qui ont été installés dans trois villages. Pour ce promoteur également, la troisième tranche attendue permettra de réaliser toutes les autres activités du projet d’ici la fin de l’année.

L’équipe de suivi a bouclé son parcours en s’intéressant au « Projet Bio charbon Faso » proposé par l’Association KETURA, sélectionné pour recevoir un appui financier de 9 000 000 F.CFA. Une subvention grâce à laquelle des facteurs de production ont été acquis et les capacités des membres de l’association et du personnel renforcées. L’association a aménagé son site et dispose aujourd’hui d’une press rotor et accessoires. Il reste la mise en place des équipes techniques pour assurer la production et la commercialisation du bio charbon.

A l’issue des différents entretiens avec les promoteurs, des recommandations leurs ont été formulées par l’équipe pour l’accélération de la finalisation des rapports à transmettre en vue de bénéficier des tranches suivantes des subventions. De leur côté, les promoteurs souhaitent une célérité dans le traitement des rapports par le FIE, une préoccupation bien noté par l’équipe de suivi qui a conseillé à ces partenaires de se rapprocher de la direction régionale du FIE de l’Ouest pour surmonter certaines difficultés.

D’un montant global d’environ 2 milliards de F. CFA, le troisième appel à projets du FIE a permis de financer 197 projets dont 23 dans la région des Hauts-Bassins et 21 dans les Cascades.

 

Amadou Oury SANOU

Fatouma DERRA

Pin It