Recherche

Nous suivre

Pin It

SG Joseph YOUMALe Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE) est en cours de soumission de sa candidature pour être accrédité au Fonds Vert pour le Climat (FVC). Dans cette optique, l’instrument financier dont la vocation est de mobiliser des ressources pour le secteur de l’environnement au Burkina Faso entend disposer déjà d’idées de projets de qualité à proposer en vue de bénéficier des financements liées à la lutte contre les changements climatiques. C’est dans cette dynamique que le FIE a organisé le mercredi 03 mars 2021 à Ouagadougou, un atelier de validation d’une note conceptuelle sur la gestion durable des ressources forestières.

« Note conceptuelle sur la gestion durable des ressources forestières par la réduction de l'utilisation du bois à des fins médicinales et pour la production de la bière de mil et l'adoption de technologies énergétiques appropriées dans les régions des hauts-bassins et des cascades du Burkina Faso », c’est le titre du document soumis à l’appréciation des participants de l’atelier.

Son ouverture a été présidée par le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique, Joseph YOUMA.

L’élaboration de cette note conceptuelle s’inscrit dans le cadre du soutien apporté par Global Green Growth Institute (GGGI) au FIE pour son accréditation à travers la mise en œuvre du programme préparatoire readiness. L’exécution de ce programme a permis de renforcer les capacités du FIE pour le rendre éligible à l’accréditation du FVC. Le développement d’idées de projets est la suite de la démarche d’accompagnement menée par GGGI depuis plusieurs mois.

La note conceptuelle part du principe que les ressources forestières fournissent les principales sources d’énergie pour la production de la bière de mil et laParticipants atelier Note matière première pour la médecine traditionnelle. L’objectif du projet qui en découle est de renforcer la résilience des femmes productrices du dolo et des tradipraticiens au changement climatique par l’application des bonnes pratiques de gestion durable des ressources forestières en vue d’accroitre leurs revenus pour la création d'emplois verts.

Les partenaires techniques de mise en œuvre du projet pourraient être le Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique (Direction Générale des Eaux et Forêts), le Ministère de la Santé (Direction de la médecine et de la pharmacopée traditionnelles), le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (Institut de Recherche en Sciences de la Santé et Institut de Recherches en Sciences Appliquées et Technologies).

Les acteurs de mise en œuvre sont ceux de la chaine de production de la bière de mil et ceux de la médecine tradipraticiens des 2 régions ciblées que sont les Hauts-Bassins et les Cascades.

Pour atteindre son objectif, le projet est articulé en deux composantes. La première porte sur le renforcement des capacités des institutions de gestion durable des ressources forestières résilientes au changement climatique. Il s’agira de fournir des réponses pour faire face aux barrières institutionnelles, politiques et organisationnelles par la mise en œuvre d’activités appropriées. Quant à la deuxième composante, elle vise le renforcement des capacités techniques et financières favorables à l’application des bonnes pratiques innovantes et résilientes au changement climatique pour l’amélioration de la productivité des ressources forestières.

Après plusieurs commentaires et recommandations sur la forme et le fond du document, les participants l’ont validé tout en souhaitant que les réflexions se poursuivent pour améliorer la qualité du contenu avant sa transmission à l’Autorité Nationale Désignée (AND) du FVC au Burkina pour la suite du processus d’examen.

ANDEn rappel, le FVC dédié à financer les pays moins avancés (PMA) est une opportunité pour mettre en œuvre les politiques publiques sectorielles élaborées dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques en vue de garantir la résilience des infrastructures socio-économiques des communautés vulnérables régulièrement touchées par la sévérité des aléas climatiques.

Le FVC travaille par l'intermédiaire d'un large éventail d'entités accréditées pour canaliser ses ressources vers des projets et des programmes éligibles. Ces entités ont des caractéristiques différentes. Elles peuvent être privées ou publiques, non gouvernementales, infranationales, nationales, régionales ou internationales, pour autant qu'elles respectent les normes du Fonds. Les entités accréditées mènent une série d'activités qui comprennent généralement l'élaboration de propositions de financement ainsi que la gestion et le suivi des projets et des programmes.

Le processus d'accréditation vise à évaluer si les entités candidates sont en mesure de gérer les ressources conformément aux normes fiduciaires du FVC quant à l'ampleur et au type de financement demandé, ainsi qu'à la capacité de gérer les risques environnementaux et sociaux qui peuvent survenir au niveau du projet. Les entités cherchant à obtenir une accréditation seront également évaluées au regard de leur politique en matière de respect du genre. Le FIE se positionne pour être accrédité sur le volet subvention avec des projets à faibles risques.

 

Amadou Oury SANOU

DCRP FIE

Pin It